L'hebdo syndical

Hebdo du 18 novembre 2019

Rappel : Assemblée générale, mercredi 20 novembre

Nous vous rappelons que nous aurons notre quatrième AG de l’année ce mercredi, 20 novembre, à 12h10, au local J.286-288.

Il y aura élection pour combler le poste de secrétaire au Bureau syndical du SPPCSF. On aura également des échanges autour des préoccupations de nos membres. Des informations vous seront transmises sur le Perfectionnement, le CCF, ainsi que sur les objets promotionnels de la Négo 2020.  Les états financiers vérifiés 2018-2019 vous seront présentés. On parlera de certaines situations de violence et de harcèlement vécues par nos professeur.e.s. Enfin, des précisions vous seront données sur différents dossiers pédagogiques en cours.

 

Présence aux cours – mémoire de l’Association étudiante et groupe de travail

memoireLe règlement portant sur les présences des étudiant.e.s aux cours fait litige depuis un certain temps déjà.

Retirée de la politique d’évaluation des apprentissages en 2013 à la suite d’un rapport de la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial, l’obligation pour les élèves d’être présents en classe est réapparue sous la forme qu’on connaît en juin 2016. Depuis cette date, l’Association étudiante conteste le nouveau règlement, arguant notamment qu’il est contraignant et peu sensible aux réalités particulières des étudiant.e.s.

Cet automne, l’Association a présenté un mémoire à ce sujet à la Direction des études afin d’envisager avec elle une possibilité de modifier le règlement. Nous n’avons pas encore pu prendre connaissance du contenu de ce mémoire, ce que nous ferons incessamment. Dès que nous le pourrons, nous vous transmettrons avec diligence l’information pertinente à cet égard.

Quant à la Direction des études, elle s’est donnée comme mandat de rencontrer des professeur.e.s pour débattre de la question. Dix-sept personnes se sont manifestées pour participer au groupe de travail et, à la suggestion des membres de votre Bureau syndical, toutes ont été retenues pour prendre part à la discussion. Celle-ci se tiendra dans deux semaines, soit le lundi 2 décembre prochain

Nous vous tiendrons au courant des suites de cette rencontre.

 

Groupe de réflexion sur la classe de demain

Réunion-de-travail-300x225Au début du mois de novembre, le SPPCSF tenait une élection, sur Omnivox, visant à désigner les professeur.e.s qui participeront au groupe de réflexion sur « la classe de demain ».

Les personnes suivantes ont été élues :

Formation générale

  • David Gagnon (français)
  • Emmanuel Vachon (philosophie)

Secteur technique

  • Mélanie Gagnon (techniques d’éducation spécialisée)
  • Samuel Lafleur-Careau (foresterie)

Secteur préuniversitaire

  • David Lessard (histoire)
  • Jean-François Morissette (mathématiques)

La première rencontre du groupe se tiendra le lundi 2 décembre. Notez qu’à la suite de la suggestion des membres de votre Bureau syndical, les personnes n’ayant pas été élues ont également été invitées à la première rencontre et pourront se joindre aux suivantes si elles sont disponibles.

 

La lutte : un roman québécois à saveur syndicale

Roman La lutteUn roman québécois vient tout juste de paraitre, offrant comme sujet un curieux mélange du monde de la lutte professionnelle à l’univers des luttes syndicales : La lutte, roman signé par Mathieu Poulin.

Allégorie, métaphore des luttes que le syndicalisme doit mener pour accéder à ce qu’il conviendrait d’appeler des victoires ? Nous vous suggérons de prendre connaissance du commentaire d’un journaliste du Devoir, Dominic Tardif, qui nous fait part de sa lecture de cette œuvre toute récente.

Mathieu Poulin, La lutte, Éditions De ta mère (2019).

Lien vers l’article du Devoir

 

RÉSEAU DE LA CONDITION DES FEMMES DE LA CSQ

7 et 8 novembre 2019

ImpressionUne série de travaux du Réseau de la condition des femmes de la CSQ a eu lieu au Manoir Victoria, à Québec, les jeudi et vendredi 8 et 9 novembre derniers. Christine Lévesque, membre de notre CCF local, a pu y participer et nous livre ici les faits saillants de ces rencontres.

*

Bien que différents sujets aient été abordés, notamment le travail invisible des femmes, la conjoncture sociopolitique, ou encore les diverses mutations dont fait l’objet le monde du travail, un sujet semble avoir plus particulièrement retenu l’attention des participantes, soit une formation offerte par Mme Marie-Josée Rousseau qui s’intitulait : Féminisme - du point de vue social et syndical.

Les principaux objectifs de la formation étaient de permettre aux participantes de se familiariser un peu plus avec les bases du féminisme québécois de même qu’avec nos grandes pionnières de ce mouvement. Du même coup, un bref historique du mouvement a été présenté.

On a également invité les participantes à poursuivre leur réflexion sur les nombreuses contributions des féministes à la société et au syndicalisme au Québec. Différents préjugés au regard du féminisme ont pu être déboulonnés. Certaines définitions et certains des principaux objectifs du féminisme ont pu être proposés. On s’est particulièrement attardé à un concept relativement nouveau : l’intersectionnalité. Il s’agit d’une notion utilisée en sociologie et en sciences politiques « qui désigne la situation de personnes subissant simultanément plusieurs formes de discrimination dans une société ».

Au final, il est ressorti que les femmes ont tout autant besoin du soutien des syndicats que les syndicats peuvent avoir besoin de la participation des femmes. Instructif et inspirant.

 

Plaidoyer pour la liberté d’enseignement

Diffusion d’extraits : extrait 6

Plaidoyer pour la liberté d'enseignement

L’équipe du Bureau syndical a choisi de vous présenter à chaque semaine, dans son Hebdo, des extraits de son Plaidoyer pour la liberté d’enseignement, qui fut distribué aux membres de notre communauté collégiale au printemps 2018. (Prenez note que les extraits du Plaidoyer que nous diffuserons ces prochaines semaines dans l’Hebdo seront également affichés sur les babillards extérieurs des bureaux du syndicat, juste devant la reprographie.)

Cette semaine : « Une culture renouvelée » (Plaidoyer, pp. 10 et 11)...

 

Bonne lecture !