L'hebdo syndical

Hebdo du 17 septembre 2018

Capsules info : Contrat et double-emploi; Reconnaissance du temps de travail (les 173 heures)

question_mark_personComme à chaque année, l’Hebdo syndical vous propose de courtes capsules à visée informative qui abordent toutes sortes de sujets liés à votre emploi. Au fil des semaines, vous lirez entre autres à propos des 173 heures, de l’acquisition de la permanence, des contrats, etc. Pour les plus ancien.ne.s d’entre vous, ces capsules serviront probablement à vous rafraîchir la mémoire ; pour les professeur.e.s dont l’arrivée parmi nous est plus récente, elles pourront être un outil intéressant et instructif vous permettant de mieux comprendre le fonctionnement des départements, des listes d’ancienneté, des contrats, etc.

Bonne lecture!

Contrat et double-emploi

Signature du contrat

Si vous êtes professeur.e à statut précaire, vous avez probablement déjà signé votre contrat en juillet ou plus récemment à la rentrée en août. Sachez qu’en acceptant votre tâche, même verbalement, il y a contrat et vos droits et obligations sont engagés. Cependant, il est préférable d’avoir un contrat signé en cas de litige.

Lire la suite...

La reconnaissance du temps de travail (les 173 heures)

La clause 8-3.02

La convention collective contient une clause très élaborée reconnaissant qu’une partie importante du temps de travail de l’enseignant.e est consacrée à des tâches autres que la préparation et la prestation de cours, l’encadrement de ses élèves et l’évaluation. Ce sont les fameuses 173 heures!

Lire la suite...

 

Journée d’élections du 1er octobre : Doit-on être là, dans nos bureaux, à attendre ?

Election2018À la suite de la réception du message envoyé par la Direction du personnel et des affaires corporatives du 4 septembre intitulé Élections provinciales du 1er octobre 2018, certains profs nous ont contactés pour avoir des clarifications sur la disponibilité offerte lors de cette journée particulière. Nous utilisons donc ce message de la direction comme prétexte pour republier un texte fort intéressant qui résume l’article 8-8.00 sur la disponibilité que l’en est tenu d’offrir et qui peut, dès lors, vous éclairer sur la disponibilité attendue lors de l’élection d’octobre.

En primeur pour ceux qui n’auraient pas le temps de lire l’article au complet :
Selon la convention, la disponibilité au Cégep peut inclure du travail réalisé à l’extérieur du Collège si les devoirs de votre charge le permettent, par exemple lorsque vous n’avez pas de réunions, de travaux de comités ou de rencontres avec les étudiants.

La disponibilité (article 8-8.00 de la convention collective)

Tous les professeurs sont tenus d’offrir une disponibilité exclusive pour le Collège de 32,5 heures par semaine pour les professeurs à temps complet. Les professeurs à temps partiel (que ce soit par une tâche incomplète ou un congé) offrent une disponibilité au prorata de leur tâche. Leur participation à la vie départementale et aux tâches connexes est également ajustée au prorata de leur tâche.

Cette disponibilité peut inclure du travail réalisé à l’extérieur du Collège (8-8.05) :
« L’enseignante ou l’enseignant remplit normalement sa tâche dans les locaux du Collège. Elle ou il y est au moment où les devoirs de sa charge l’exigent. »

L’aménagement de l’horaire des cours doit tenir compte de certaines contraintes (8-8.03 et 8-8.04) :

  • Une durée minimale de 14 heures s’écoule entre la fin de la période de disponibilité d’une journée et le début de la période suivante;
  • La période de disponibilité se situe à l’intérieur d’une période de 10 heures;
  • L’enseignante ou l’enseignant dispose de 1½ entre 11 heures et 14 heures 30 pour le repas du midi.

La disponibilité offerte au Collège inclut la participation à des tâches connexes à l’enseignement (8-3.02a) :
« À même ses 32,5 heures de disponibilité hebdomadaire (…), chaque enseignante ou enseignant à temps complet consacre 173 heures par année d’enseignement à la réalisation d’activités pédagogiques et d’activités de concertation inhérentes à la vie pédagogique des programmes. »

Les nouveaux professeurs sont dispensés de la participation à ces tâches (8-3.02f) :
« Au cours de ses 2 premières sessions d’enseignement au collège, l’enseignante ou l’enseignant se voit reconnaître le temps requis pour son insertion professionnelle et sa participation à des activités de formation pédagogique aux fins de l’alinéa d) de la présente clause. »

 

Familles à la course, une loi-cadre en conciliation famille-travail-études à la rescousse !

Conciliation famille_travail_etudesLa Coalition pour la conciliation famille-travail-études, à laquelle la CSQ est affiliée, demande aux politiciens une loi cadre pour mettre en place de réelles mesures conciliation travail-famille-études.

Vous trouverez leur lettre de demande ici : https://ccfte.wordpress.com/2018/09/11/familles-a-la-course-une-loi-cadre-en-conciliation-famille-travail-etudes-a-la-rescousse

 

Invitation
Rassemblement pour l’enseignement collégial public

Vendredi 28 septembre 11 h 45, devant l’Assemblée nationale

manifestationÀ quelques jours du scrutin qui déterminera le Gouvernement qui sera au pouvoir pour les quatre prochaines années, la Fédération des enseignantes et enseignants de cégeps (FEC-CSQ) vous invite à participer à un rassemblement pour défendre l’enseignement collégial public.

Les délégations des syndicats membres de la FEC profiteront de la tenue d’une instance à Québec pour rappeler aux futurs élus l’importance du réseau collégial public ainsi que nos principales revendications. Parmi celles-ci, mentionnons notamment le réinvestissement nécessaire pour réparer les pots cassés de l’austérité, la défense de notre autonomie professionnelle et des espaces de consultations, l’amélioration du soutien pour les étudiantes et les étudiants en situation de handicap (EESH) ou encore un renforcement de l’encadrement de la formation à distance.

Quoi?
Action de visibilité de FEC-CSQ dans le cadre de la campagne électorale

Quand ?
Le vendredi 28 septembre 2018 de 11 h 45 à 12 h 45

Où ?
Fontaine de Tourny, Assemblée nationale du Québec

Si les élections sont une occasion importante pour défendre nos droits et revendiquer plus de justice sociale, la négociation de notre prochaine convention collective en est une autre. Or, c’est bien avec le gouvernement qui sera élu le 1er octobre prochain que nous aurons à négocier. C’est donc le temps de nous faire entendre !