Première assemblée générale du SPPCSF de 2018 le 31 janvier!

Il nous fait plaisir de vous inviter à la toute première AG de l’année 2018 le 31 janvier à 12 h 15 au local A-228.

Un ordre du jour détaillé ainsi qu’un avis de convocation vous sont d’ailleurs parvenus le 24 janvier.

Au plaisir de vous y voir,

Les membres du bureau syndical

 

Nouvelle méthode d'application des absences pour raisons familiales

famille-papierDans le cadre des négociations locales qui ont cours actuellement, la direction du collège et le SPPCSF ont convenu d’une nouvelle façon de fractionner les congés pour raisons familiales. Jusqu’à tout récemment, les absences pour raisons familiales ne pouvaient être prises qu’en demi-journée, mais il est maintenant possible de s’absenter pour un bloc de deux heures.

Ainsi, à partir de maintenant, il est possible de prendre une absence pour raisons familiales selon les modalités suivantes :

  1. Deux heures (la nouveauté!)
  2. Une demi-journée (équivalent à 3,25 heures)
  3. Une journée (équivalent à 6,5 heures)

Rappelons qu’en vertu de notre convention collective (article 5-10.05), une absence pour raison familiale est une absence pour «remplir des obligations reliées à la garde, à la santé ou à l’éducation de son enfant ou de l’enfant de sa conjointe ou de son conjoint, ou en raison de l’état de santé de sa conjointe ou de son conjoint, de son père, de sa mère, d’un frère, d’une sœur ou de l’un de ses grands-parents.»

Ces absences peuvent être déduites jusqu’à concurrence d’un nombre maximal de six jours (39 heures) par année à partir des deux banques de congés maladies.

Finalement, le traitement des congés maladie, lui, n’a pas changé : ils demeurent toujours fractionnables en heures. Par exemple, il est possible de prendre une heure de congé maladie pour un très court rendez-vous à la clinique médicale.

Jonathan Pellicelli
Applicateur de convention collective au SPPCSF

 

Projet de loi 149 : Loi bonifiant le Régime de rentes du Québec et modifiant diverses dispositions législatives en matière de retraite

calculatriceLe projet de loi 149, déposé le 2 novembre dernier, prévoit une bonification substantielle des prestations de la Régie des rentes du Québec (RRQ) à la hauteur du Régime de pensions du Canada (RPC).

En juin 2016, les autres provinces canadiennes se sont entendues pour bonifier le RPC. Toutefois, à ce moment, le Québec n’avait pas signé l’entente de Vancouver et privilégiait une bonification beaucoup plus modeste.

À la fin de l’année 2016, la CSQ, la FTQ et la CSN ont fait consensus et réclamé une bonification du RRQ à la hauteur de celle du RPC. Cette position fut également partagée par tous les membres de l’Observatoire de la retraite. De plus, en janvier 2017, la CSQ déposa un mémoire en commission parlementaire dans le cadre des consultations publiques sur la bonification du RRQ. On constata d’ailleurs, lors de ces consultations, un large consensus à l’effet de bonifier la RRQ au même niveau que le RPC.

La bonification prévue dans le projet de loi et qui rentrera en vigueur à compter de 2019 se divise en deux volets :

  • Une hausse graduelle du taux de remplacement du revenu qui passe de 25 % à 33,33 % (volet 1) à compter de 2019 (volet 1) et une hausse de 14 % du maximum des gains admissibles (MGA) (volet 2) en 2025.
  • Une augmentation graduelle du taux de cotisation sur 7 ans pour atteindre à terme 2 % pour le volet 1 et 8 % pour le volet 2, chacune de ces hausses étant assumées à parts égales entre l’employé et l’employeur.

Soulignons, finalement, que la bonification au RRQ prévue par le projet de loi 149 ne modifiera aucunement les prestations payables du RREGOP.

Pour plus de détails, vous pouvez vous référer au document joint ici...

 

Plusieurs voix dénoncent le mode de financement actuel des cégeps

Clavier financement doigtLa formule «FABES», aux yeux de plusieurs, est désormais inadéquate pour assurer un financement suffisant des cégeps. De nombreux intervenants dénoncent, entre autres, le fait que la formule de financement ne tient pas compte du fait que les étudiant.e.s, étant plus nombreuses et nombreux que jamais à prolonger la durée de leurs études collégiales, ont une incidence sur le financement octroyé à chacune des institutions. Pour plus de détails, vous pouvez lire l’article que Le Devoir a fait paraître sur le sujet.

Par ailleurs, mentionnons que la FEC-CSQ a rédigé un mémoire sur le sujet, mémoire qui a été adopté en conseil général l’automne dernier.

Cliquez ici pour lire l’article du Devoir...

Cliquez ici pour lire le mémoire que la FEC-CSQ a rédigé à ce sujet ...

 

Comité de vigilance FEC-CSQ sur l’autonomie professionnelle et la formation à distance : compte rendu

Le 11 janvier dernier, à l’occasion d’un Comité de vigilance réunissant des délégué.e.s des différents cégeps de la FEC-CSQ, les personnes présentes ont abordé deux enjeux d’importance, à savoir l’autonomie professionnelle et la formation à distance.

Vous trouverez ici un compte rendu des discussions ayant eu lieu. Il s’agit d’une façon intéressante d’avoir un aperçu de la façon dont fonctionnent d’autres cégeps! Bonne lecture!

Lire le compte rendu...

 

 

Parution d’un guide de référence en matière de prévention de l’homophobie et de la transphobie

Mesures d’ouverture et de soutien envers les jeunes trans et lLa Table nationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie des réseaux de l’éducation a profité de la tenue de son 4ème colloque, le 18 et le 19 janvier, afin de lancer l’ouvrage Mesures d’ouverture et de soutien envers les jeunes trans et les jeunes non binaires – Guide pour les établissements d’enseignement.

La Table a, à cette occasion, insisté sur le fait que les établissements d’enseignement, de par le fait qu’ils constituent un milieu de vie parfois déterminant, doivent offrir aux jeunes trans et non-binaires un climat d’ouverture, d’écoute et de respect de leur intégrité, le tout en respectant la confidentialité.

Nous profitons donc de ce lancement récent pour vous donner un accès facile et direct à ce guide de référence.

Cliquez ici pour le consulter...