Retour sur l’assemblée générale du 28 février

Le 28 février dernier, à l’occasion de la deuxième assemblée générale du SPPCSF de l’hiver 2018, deux sujets principaux ont fait l’objet de discussions.

Parmi ces deux sujets, il y a les états financiers du SPPCSF qui, depuis la présentation des prévisions budgétaires en septembre dernier, avaient incité l’assemblée générale à remettre le sujet du don à la Fondation du cégep de Ste-Foy à l’ordre du jour. Or, mercredi dernier, après la présentation d’Amélie-Elsa Ferland-Raymond qui s’est soldée par des informations à l’effet que le SPPCSF devrait atteindre l’équilibre budgétaire à la fin de l’année, les membres ont adopté les propositions suivantes :

  • À la lumière des plus récentes données budgétaires concernant les revenus et les dépenses du SPPCSF, il est proposé de verser le don de 3 500$ à la Fondation, tel que convenu en Assemblée générale le 26 octobre 2016.

Considérant la disponibilité des informations relatives à une prise de décision pour un don à la Fondation ;

  • Il est proposé que le versement de la contribution du SPPCSF soit fait au plus tôt au mois de mars de l’année courante.

Après que ce sujet se soit clos, il a été question des négociations locales, pour lesquelles un compte rendu des discussions concernant le projet de répartition des ressources enseignantes a été présenté. Les négociateurs ont ainsi présenté la liste des éléments que le Syndicat souhaite voir inclus dans le projet de répartition ainsi que la réponse que la direction a donnée pour chacune de ces demandes. Plus de détails concernant ces demandes ainsi que les autres objets de négociation vous parviendront sous peu par le biais d’un rapport de table.

La prochaine assemblée générale est prévue pour le 21 mars : au plaisir de vous y voir!

 

Distinguer ancienneté et priorité d’emploi

question_mark_personChaque début d’année scolaire, et conformément à la clause 5-3.03 de la convention collective 2015-2020, la direction fait circuler à la fin septembre la liste d’ancienneté des professeur.e.s du Collège. Celle-ci est diffusée aux fins de validation et devient officielle 20 jours ouvrables après sa diffusion. Cette liste indique l’ancienneté accumulée avant le début du contrat d’automne, soit le jour précédant le retour des vacances.

Cette liste d’ancienneté est à distinguer de la liste de priorité. L’ancienneté est établie par le cumul des contrats réalisés à titre de professeur.e pour le cégep de Sainte-Foy, que ce soit à l’enseignement régulier ou à la formation continue, à titre de chargé.e de cours, d’enseignant.e précaire ou permanent.e. Elle témoigne donc de « l’histoire » de l’enseignant.e dans le collège. C’est l’article 5-3.00 de la convention collective qui en définit les conditions (vous pouvez la consulter ici...).

La priorité sert à déterminer qui a droit à un contrat et dans quel ordre les contrats doivent être octroyés. C’est la direction du personnel qui a la responsabilité de tenir cette liste à jour.

L’ordre des priorités pour l’attribution d’un poste est décrit à la clause 5-4.17a), alors que celui pour l’attribution d’une charge se trouve à la clause 5-4.17b). L’application des priorités est très complexe. Retenons cependant que certains facteurs sont plus importants que l’ancienneté. Par exemple, le fait d’avoir obtenu un contrat à temps complet au cours des trois dernières années peut faire en sorte qu’un.e professeur.e ayant moins d’ancienneté se retrouve devant un.e professeur.e plus ancien.ne n’ayant pas obtenu un tel contrat. D’autres facteurs pouvant avoir un impact, informez-vous au Syndicat pour toute situation qui semble ambiguë et il nous fera plaisir de vous aider!

En attendant, nous vous relayons un document très détaillé, conçu par la FEC, qui présente les différents ordres de priorité, de l’obtention d’un poste permanent jusqu’à la charge dans le cadre d’un cours d’été.

Cliquez ici pour avoir accès à la fiche...

 

Les solutions présentées par la FEC pour en finir avec les problèmes de financement des cégeps

DepFinancemFEC_FR_web_vf-1À l’automne 2017, un comité d’expert.e.s a été mis sur pied par le gouvernement afin de se pencher sur les problèmes de financement du réseau collégial. La FEC-CSQ avait alors, à leur intention, rédigé un mémoire très détaillé, qui avait ensuite été déposé.

Nous vous faisons aujourd’hui parvenir la version abrégée des idées présentes dans ce mémoire afin que vous puissiez d’une part voir à quoi votre fédération travaille et d’autre part mieux comprendre comment se distribue le financement dans notre réseau.

Bonne lecture!

Cliquez ici pour avoir accès au document pdf...

 

La FEC-CSQ et les syndicats affiliés soulignent le 8 mars

Féministe tant qu’il le faudra!
Des membres de la FEC-CSQ en action pour le 8 mars

Journée internationale femme_2018Voici le thème mobilisateur que nous propose cette année Le Collectif 8 mars[1] afin de souligner la Journée internationale des femmes. Il exprime les nombreuses luttes à poursuivre par les femmes. D’abord contre les multiples violences, dont les violences sexuelles, révélées par le mouvement #Moiaussi. Ensuite contre les mesures d’austérité qui ont amené des coupures importantes dans les services publics en santé et services sociaux ainsi qu’en éducation, épuisant le personnel de ces milieux et démotivant plusieurs à s’engager dans ces profils de carrière majoritairement féminins. L’absence d’équité salariale pour de trop nombreuses femmes, la privatisation des services de garde éducatifs, la discrimination systémique en emploi, particulièrement pour les femmes autochtones, racisées, en situation de handicap ou issues de la communauté LGBT, voilà d’autres barrières qui empêchent les femmes d’atteindre leur plein épanouissement. Si on peut saluer le récent budget fédéral qui prévoit des investissements dans certains de ces dossiers, force est de constater que l’égalité déjà atteinte demeure malheureusement encore un mythe qu’il nous faut déconstruire, comme le souligne notamment une étude toute récente de l’OCDE.[2]

Des luttes à poursuivre

Nous, enseignantes et enseignants de cégep qui avons à cœur le futur des étudiantes et étudiants, saluons l’action de Mme Hélène David, ministre responsable de l’Enseignement supérieur et ministre responsable de la Condition féminine, qui a fait adopter la loi 151 visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel dans les établissements d’enseignement supérieur. Cette loi oblige chacun des cégeps à se doter d’une politique et d’un comité intercatégoriel. Aussi faut-il maintenant s’assurer que nos directions amorcent le travail terrain qu’il reste à faire afin de rendre nos milieux de travail et d’étude plus sécuritaires.

Par ailleurs, nous sommes toujours en attente d’une loi-cadre favorisant la conciliation famille-travail-études afin de pouvoir réaliser un meilleur équilibre entre nos vies personnelle et professionnelle, et ainsi mieux conjuguer nos différents rôles auprès des êtres qui nous sont chers. Pour nous-mêmes, enseignantes, mais plus encore pour les personnes non-syndiquées, la conciliation famille-travail doit devenir un enjeu important de la prochaine élection provinciale.

Pour toutes ces raisons, nous, de la FEC-CSQ, resterons « féministes tant qu’il le faudra! »  Nous vous invitons à porter fièrement votre épinglette le 8 mars, en signe de solidarité avec toutes les femmes.

De nombreuses activités dans nos cégeps

Voici des activités organisées dans nos cégeps pour souligner la Journée internationale des femmes :

  • Drummondville: Présentation de livres féministes et de statistiques sur la place des femmes, dans les arts notamment, à la bibliothèque.
  • Gaspé : Rassemblement d’étudiantes, d’étudiants et de membres du personnel, exposition de livres féministes à la bibliothèque.
  • Gérald-Godin: Présentation de livres féministes à la bibliothèque.
  • Iles de la Madeleine: Diffusion d’un questionnaire, « Huit questions pour le 8 mars : situation des femmes dans le monde ». Réponses et discussion sur place. Distribution des autocollants. Activité organisée en collaboration avec le CALACS et les divers intervenants psychosociaux du cégep.
  • Lennoxville : Activités de visibilité et de sensibilisation dans le hall d’entrée pendant la semaine précédant le 8 mars.
  • Matane : Conférence le 27 février : «Pourquoi ajouter un ‘s’ à féminismes est-il si important?», par Anahi Morales Hudon.
  • Rimouski et Institut maritime du Québec : Diner festif offert à toutes les enseignantes et enseignants et remise des bourses Germaine Santerre  aux étudiantes vivant des difficultés.
  • Rivière-du-Loup : Distribution de l’épinglette et de l’autocollant offerts par le syndicat à toutes les enseignantes et exposition de livres féministes à la bibliothèque.
  • Sorel : Le 6 mars, présentation de la pièce « Quand vient le soir », soirée au profit de la maison pour femmes en difficultés de la région. Le 8 mars, forum des femmes entrepreneures organisé par le programme de bureautique.
  • Sainte-Foy : Vente de l'épinglette au profit de l'organisme Viol-Secours. Activité jumelant le thème du 8 mars et le mouvement « #Etmaintenant ». Vitrine féministe à la bibliothèque.
  • Victoriaville : Vente de l’épinglette au profit de la bourse conciliation famille-études remise aux élèves-parents; soirée micro-ouvert organisée par la Maison des femmes au cégep le 8 mars, en collaboration avec le syndicat.

Sylvie Fradette
Coordonnatrice du Comité de la condition des femmes

Silvie Lemelin
Vice-présidente responsable politique de la condition des femmes

Lucie Piché
Présidente de la Fédération des enseignantes et enseignants de cégep (FEC-CSQ)

[1] Le Collectif 8 mars représente plus de 700 000 femmes au Québec provenant autant de groupes autonomes de femmes que des organisations syndicales.
[2] OCDE, Atteindre l’égalité Hommes-Femmes – un combat difficile, Paris, Éditions OCDE, 2017,
3 Visuel : UPPERKUT, direction artistique et design graphique, Noémie Darveau.