Rappel - Assemblée générale extraordinaire le 25 avril

Le 25 avril prochain, à 12 h au local A-228, aura lieu une assemblée générale extraordinaire au cours de laquelle nous devrions être en mesure de vous présenter le fruit final des nombreuses heures de discussions que nous avons eues avec la direction à la «table technique» dans le cadre des négociations locales. Au nombre des demandes discutées à cette table, citons : une plus grande transparence quant aux informations transmises dans le projet de répartition, une entente sur la répartition des «cours multi» en sciences humaines, la durée du délai de désistement d’une charge d’enseignement pour les enseignant.e.s non permanent.e.s, la transmission des charges individuelles aux enseignant.e.s de la formation continue, un engagement à poursuivre nos discussions sur les difficultés d’application de la convention collective à la formation continue et le fractionnement partiel en heures des congés pour raisons familiales.

Ce sera l’occasion également de faire un bilan de cette ronde de négociation locale. Vous recevrez, au courant des prochaines semaines, un avis de convocation et un ordre du jour détaillé.

Au plaisir de vous y voir nombreux et nombreuses!

 

LA RÉPARTITION DE LA TÂCHE D’ENSEIGNEMENT : une responsabilité départementale (et disciplinaire)

question_mark_person

L’un des articles de notre convention collective (4-1.07) prévoit qu’il est de la responsabilité collective du département de «répartir et pondérer les activités pédagogiques incluant les charges d’enseignement, en fonction des ressources allouées [nombre d’ETC], et des activités relatives à la reconnaissance du temps de travail [i.e. 173 heures]».

Il s’agit là, bien sûr, de l’un des plus gros et des plus difficiles mandats qu’il est donné de réaliser au cours de l’année et, qui plus est, deux fois plutôt qu’une…En revanche, le fait de porter cette responsabilité constitue aussi un gage d’autonomie professionnelle puisque nous avons la possibilité de définir nos propres règles de répartition pour – espérons-le – le plus grand bien des étudiant.e.s et de notre collectif de travail.

Il faut se rappeler que si cette répartition se fait selon les règles internes propres au département, elle doit d’abord et avant tout être équitable. C’est en effet la seule balise clairement identifiée dans le texte de la convention collective (8-5.03). On doit donc faire en sorte que la « lourdeur » soit répartie équitablement, ce qui ne se résume pas à distribuer les tâches selon l’ancienneté, ni même à s’appuyer sur le seul calcul de la CI…d’autres variables doivent être prises en compte.

Par ailleurs, il est important de souligner que dans les départements multidisciplinaires, bien que le responsable ultime de la répartition équitable de la tâche demeure le département, les membres de chacune des disciplines doivent aussi s’assurer d’une répartition équitable de leurs cours. On pourrait résumer la situation ainsi : dans les départements multidisciplinaires, la responsabilité nommée à l’article 8-5.03 de la convention collective est en partie assumée par les disciplines. Il est donc crucial que ces disciplines se dotent de moyens permettant d’atteindre cette équité.

Avant d’énumérer quelques modèles, rappelons qu’en dernière instance, le Collège doit approuver la répartition de la tâche départementale. Là se limite notre autonomie.

Les principes de répartition de la tâche d’enseignement

  • La façon dont la tâche est répartie (le modèle ou les règles de répartition) devrait idéalement se retrouver dans règles de régie interne du département.
  • Les règles de répartition peuvent varier d’un département à l’autre ; certains principes peuvent toutefois servir de guide.
  • Idéalement, à chaque session, le département devrait s’assurer s’il est pertinent d’apporter des changements à son mode de répartition.

Des incontournables à considérer

L’obligation de donner tous les cours :

Afin que le département respecte l’obligation de donner tous les cours dont il est responsable dans une discipline donnée, le partage de l’expertise est essentiel. En ce sens, les chasses gardées sont à éviter.

Le respect des intérêts individuels des membres du département :

Le mode de répartition choisi devrait permettre à chaque membre du département de pouvoir bénéficier d’un véritable premier choix, si possible dans un horizon de deux ou trois ans.

L’équité entre les charges de travail :

L’équité doit être évaluée sur l’ensemble de l’année scolaire. Ainsi, un déséquilibre de charge est possible d’une session à l’autre (dans le respect des paramètres de la convention collective) ;

Le calcul de la charge individuelle (CI) est un indicateur important à considérer, mais il n’est pas le seul.

D’autres aspects entrent également en considération, même s’ils ne s’évaluent pas toujours de façon numérique :

  • L’hétérogénéité de la population étudiante ;
  • La nécessité d’une mise à jour importante d’un cours ;
  • La différence entre des cours de début ou de fin de DEC ;
  • L’élaboration d’un nouveau cours ;
  • Le nombre de préparations différentes ;
  • Les développements pédagogiques à effectuer ;
  • Le perfectionnement nécessaire ;
  • La nécessité de participer à des comités ;
  • Le nombre total d’étudiant.e.s confié.e.s à un.e enseignant.e ;

Quelques idées de modèles de répartition de la tâche

  • La liste des priorités d’attribution des cours est établie initialement. Après chaque session, tous les membres du département augmentent d’un rang dans la priorité, sauf le premier, qui passe au dernier rang.
  • Le département détermine, pour chaque cours, un niveau de difficulté. Une fois la répartition réalisée, les niveaux de difficulté sont additionnés. La personne qui possède le plus haut niveau de difficulté choisit au premier rang la session suivante et celle qui a le plus faible niveau de difficulté choisit au dernier rang.
  • Le département accorde une priorité sur un cours pour une durée de deux ou trois sessions (ou deux ou trois ans, si le cours est offert une session sur deux). Au terme de ce délai, le cours est remis dans la banque de cours offerts. Dans ce cas, on peut spécifier que le prof qui vient de libérer le cours n’a aucune priorité sur lui pour la répartition en cours.
  • Le département tient compte des cinq dernières sessions. Il additionne le nombre de préparations différentes attribuées par chacun de ses membres. L’ordre de priorité va de la personne qui a effectué le plus grand nombre de préparations différentes à celle qui en a fait le moins.
  • Certains départements vont même jusqu’à procéder par tirage au sort dans le cas où plusieurs enseignant.e.s tiendraient mordicus à un cours la même session.
  • Les règles de certains départements permettent à tous les membres du département d’obtenir, pour la moitié de leur tâche, les cours souhaités (premiers choix), l’autre moitié devant témoigner d’un compromis.

Comme on le constate, il existe de multiples façons de s’assurer de l’équité de la tâche. Il revient donc aux membres du département de choisir les mécanismes qui conviennent à leur propre situation.

 

Rappel - Demandes de congés : des modèles de lettres à votre disposition !

calendrier 15N’oubliez pas que la date limite pour vous prévaloir d’un congé à la session d’automne 2018 (congé sans traitement, congé de perfectionnement sans salaire, réduction du temps de travail, congé à traitement différé ou anticipé) est le 15 mai 2018 (pour le congé sans salaire à temps complet (clause 5-22.00), la date limite est le 15 avril). Vous trouverez l’information à ce sujet sur le Portail du cégep dans la section Ressources humaines, Conditions et avantages sociaux, Congés.

Pour vous faciliter la tâche lors de toute demande de congés, l’équipe du SPPCSF a préparé des modèles de lettres pour les divers types de congés prévus à la convention collective. Vous n’avez qu’à les modifier selon vos besoins avant de transmettre votre demande par courriel à la direction à l’adresse suivante : rh-enseignants@cegep-ste-foy.qc.ca . Les parties à modifier sont à la fois en gras et en italique.

Les lettres sont disponibles sur le site Web du SPPCSF sous l’onglet Convention et droits dans la rubrique « Convention collective et échelle salariale ». Cliquez ici pour accéder directement à la rubrique...

Pour toute question ou information sur ces congés, contactez-nous!

 

Le coin des Verts : avez-vous pensé au vélo ?

ImpressionDurant le mois d’avril, en prévision du jour de la Terre, le comité des Verts du SPPCSF poursuit sa suite de chroniques à propos d’enjeux écologiques et environnementaux. Après le recyclage, la semaine dernière, voici un article sur les déplacements à vélo.

Les environs du cégep de Sainte-Foy sont-ils cyclables ?

Courage : les beaux jours sont à nos portes, même si peu de signes, hormis parfois un soleil radieux, nous les annoncent. Les cyclistes parmi les plus enthousiastes et chevronné.e.s attendent avec impatience de pouvoir enfourcher leur vélo afin de joindre l’utile à l’agréable en venant travailler en pédalant plutôt qu’au volant de leur voiture, mais pour les moins expérimenté.e.s, l’idée de venir travailler en vélo ne s’impose pas d’elle-même.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer le nombre (disons modeste) de personnes utilisant leur vélo pour venir au cégep de Sainte-Foy : certaines habitent trop loin pour que ce soit raisonnablement envisageable ; d’autres doivent véhiculer leurs enfants ; d’autres encore ont des limitations physiques. Cet article s’adresse toutefois à une catégorie de personnes bien précise : celles qui ne prennent pas leur vélo parce qu’elles s’imaginent devoir emprunter des rues aux configurations peu ergonomiques pour les cyclistes, voire des routes carrément dangereuses.

Nous avons donc pensé vous fournir des liens vers divers sites et applications qui sont susceptibles de vous aider à concocter un itinéraire à vélo qui soit sécuritaire, rapide, conscient des caractéristiques de la route empruntée (panneaux d’arrêt, feux de circulation, arrêts d’autobus, présence de voies réservées, etc.) et — qui sait ? – peut-être même panoramique. Notre but avoué est donc de donner un incitatif de plus aux gens qui avaient déjà en tête de se convertir au transport actif, mais qui doutaient de la possibilité de le faire.[1]

Google Maps (www.google.ca/maps)

Afin de planifier votre déplacement à vélo vers n’importe quel lieu, vous pouvez avoir recours à Google Maps : il suffit de sélectionner, à partir du menu défilant à gauche, le vélo comme moyen de transport (voir ici : google maps vélo 2), puis d’entrer les données de votre itinéraire (point de départ et point d’arrivée). Google vous offrira quelques trajets parmi lesquels vous pourrez choisir celui qui vous sied davantage, en tenant compte par exemple des données sur la densité de la circulation automobile.

La route verte (www.routeverte.com)

Ce site est une initiative de Vélo Québec et a été réalisé en partenariat avec le ministère des Transports. Il présente plusieurs informations, dont une appréciation de la convivialité de certaines routes et pistes cyclables (voir ici : carte route verte 1). Vous pouvez donc choisir un itinéraire selon votre degré d’aisance.

Ce site est particulièrement intéressant pour des déplacements plus longs, par exemple lors de sorties récréatives, parce qu’il fait l’inventaire des différents points de services (restaurants, aires de repos, etc.) accessibles en vélo.

Strava (www.strava.com)

Cette application gratuite s’adresse autant aux novices qu’aux plus zélé.e.s. Vous y trouverez une plateforme servant à mettre en contact les sportives et sportifs de tout acabit qui pourront y comparer et analyser leurs performances, mais le plus intéressant, dans le cas qui nous concerne, est le fait que l’application, en se servant des données de géolocalisation de ses abonné.e.s, vous montrera divers trajets empruntés par les cyclistes qui ont roulé dans votre coin. Vous verrez ainsi combien de temps prend un trajet, s’il y a des dénivelés et pourrez avoir accès aux commentaires des personnes ayant emprunté ledit trajet.

Trailforks (www.trailforks.com)

Cette autre application gratuite fonctionne par cartes interactives et peut par moments rappeler Google Maps, mais elle a comme particularité d’inclure les trajets dans les boisés et les parcs, ce qui peut parfois permettre de prévoir des raccourcis. Elle pourrait aussi être pertinente si vous êtes un.e adepte du vélo de montagne sans nécessairement envisager d’utiliser ce moyen pour venir travailler.

En espérant que ces ressources vous seront utiles, le comité des Verts vous souhaite une bonne saison de vélo !

[1] La rédactrice de cet article tient à remercier publiquement monsieur Bruno Pilote pour ses sources et suggestions plus que bienvenues.