L'hebdo syndical

Hebdo du 6 juin 2022

Rappel : Activité syndicale de fin d’année

C’est avec grand enthousiasme que nous vous invitons à souligner la fin de l’année lors d’un 5 à 7 syndical festif !

5 à 7 syndical festif !
Mardi 7 juin 2022
17 h
Tapis Vert de Sainte-Foy
(2323 boulevard du Versant Nord, # 210)

Que vous soyez novice en matière de billard ou expert du tapis vert, vous apprécierez le spectacle d’un véritable professionnel à l’œuvre, qui nous fera une petite démonstration de son savoir-faire au cours de la soirée. Avec plus de 35 ans d’expérience, Jean Deshaies vous présentera un spectacle original alliant magie et trucs de billard. Il s’est produit à plusieurs reprises en compagnie de champions mondiaux de billard et de grands magiciens tels Alain Choquette et Luc Langevin.

Une consommation gratuite vous sera servie.

Nous avons très hâte de vous retrouver une dernière fois avant les vacances! Venez célébrer avec nous!

 

Composition du groupe de travail sur la liberté académique

La Commission des études du Cégep de Sainte-Foy, le lundi 30 mai, a entériné les recommandations des membres du SPPCSF réuni·e·s en assemblée générale le 18 mai quant aux professeur·e·s devant siéger au groupe de travail sur la liberté académique. Les membres avaient alors choisi les professeur·e·s qui les représenteront au sein du groupe de travail. La Commission des études devait toutefois se prononcer sur cette recommandation.

 

Le résultat des élections a été validé dans son entièreté :

  • Présidence : Mathieu Robitaille
  • Corps professoral : Benjamin René, Céline Anctil, Julie Simard-Maltais, Alexandre Provencher-Gravel

Notre convention collective stipule qu’« [à] moins que la loi ou la convention collective n’y pourvoie autrement, le Syndicat est le seul habileté à désigner des enseignantes ou des enseignants comme membres d’un comité formé par le Collège » (2-2.09). Il importe donc pour votre Syndicat que la voix de l’Assemblée soit entendue et respectée.

Notons que le Syndicat a également obtenu qu’un membre de son exécutif siège au groupe de travail.

Nous adressons nos plus vives félicitations aux professeur·e·s du groupe de travail, qui ont tou·te·s vu leur recommandation par l’Assemblée être adoptée par la Commission des études!

 

Résultats des élections au bureau syndical de la FEC-CSQ

Le 3 juin dernier, les délégations syndicales de tous les cégeps affiliés à la FEC-CSQ, réunies à l’occasion du XXIIIe congrès triennal de la FEC-CSQ, ont procédé à l’élection des membres du bureau syndical. Voici les résultats des élections :

Présidence : Youri Blanchet (cégep de Rivière-du-Loup)

Vice-présidences :

  • Julie Bellemare (cégep de Victoriaville)
  • Sylvain Benoît (cégep Gérald-Godin)
  • Hugo Boulanger (cégep de Rimouski)
  • Nancy Quessy (cégep de Drummondville)

Bravo à la nouvelle équipe!

 

Pour une dernière fois

Les écrits qui suivent n’engagent que leur autrice, et celle-ci prend la responsabilité de chaque mot, bien pesé.

Je dépose les armes.

Aux portes du 2410 Chemin Sainte-Foy, exsangue, et vaincue.

Moi qui aurais tant souhaité plus pour mes collègues. Plus de reconnaissance, plus d’autonomie professionnelle (mot honni en nos murs s’il en est un), plus de légèreté, aussi.

Au bout de cinq ans, que reste-t-il de mon séjour dans un local rouge vin de fond de sous-sol? La tristesse d’avoir vu des collègues souffrir, avec comme corollaire de cette souffrance désengagement et démotivation. Peut-être un peu d’émotion à l’idée qu’un accompagnement a pu rendre moins pénibles des moments difficiles. De nombreuses désillusions que mon peu de patience pour les changements qui ne viennent pas aurait dû me permettre de prévoir. Une phrase qui résonne dans ma tête : « si vous avez de bonnes idées, on est preneurs ». Pourtant, on les a expliquées doucement nos idées, on les a écrites, on a parfois fini par les crier! Mais elles sont tombées tellement souvent dans les craques de l’image d’un cégep qui ne doit surtout pas donner raison au Syndicat. Le droit de gérance étant plus puissant que tout mon feu intérieur, j’ai péché par orgueil, visiblement.

Cinq ans après, la machine est encore puissante. Elle avale les profs, les avilit. On devient intrinsèquement convaincu que la taxonomie de Bloom va bonifier notre enseignement et que les heures non payées sont un choix personnel. C’est le supplice de la grenouille, l’étouffement à feu doux à coups de demandes administratives, l’aliénation sous le couvert de l’excellence.

Ensuite, on tombe au combat. C’est l’arrêt-maladie qu’on redoute et qui nous fait nous sentir coupables « d’abandonner » nos collègues elles et eux aussi épuisé·e·s. Où on se prend un PVRTT et on est payé à 80 % pour faire 100 % de notre travail. Trouvez l’erreur. Une « auto-protection » nécessaire, car si je ne corrige pas moi-même une charge de travail irréaliste, qui le fera? En attendant, le PVRTT est l’arbre qui cache la forêt des congés latents pour invalidité.

Ceux et celles qui me connaissent savent que je n’abandonne pas très facilement. Malgré la douleur, j’estime encore que la lutte ne doit pas cesser. Je ne dépose pas tout à fait les armes, on dirait.

Idée folle, comme ça…

Et si on disait non? Et si, collectivement, on décidait que c’est assez, que toutes les réunions ne sont pas nécessaires, que toutes les formations ne sont pas pertinentes, que toutes les évaluations ne sont pas indispensables? Et si les départements reprenaient leur autonomie et faisaient leurs propres choix? On pourrait faire un bon ménage, pour se recentrer sur l’enseignement et la relation avec l’étudiant·e, le cœur de notre métier, ce pour quoi nous l’avons choisi. Nous sommes professeur·e·s à l’enseignement supérieur, rien de moins. Ne l’oublions jamais.

Et parce qu’elle lit mes textes (et ne les apprécie pas particulièrement, avouons-le), je profite aujourd’hui de celui-ci pour envoyer ce message à la Direction de mon collège.

La machine dont je parle, c’est très loin de n’être que vous. C’est aussi tout ce qu’il y a au-dessus de vous, qui vous blesse et vous force à extraire tout le jus de vos profs. Car je veux bien croire que ce n’est pas ce que vous souhaitez au fond. Je ne pense pas que vous en êtes heureuses et heureux.

Or vous aussi, vous avez le pouvoir de dire non.

Dire non aux commandes gouvernementales ou à celles de la Fédération des cégeps! Dire non au micromanagement à la mode, tellement toxique pour la santé de vos troupes! Il est temps d’accepter d’avoir une moins bonne note aux yeux de la Fédé et du Ministère pour protéger votre monde, y compris vos gestionnaires, qui tombent comme des mouches! Car malgré toutes nos oppositions, ne pensez pas que je ne suis pas solidaire de ces femmes et de ces hommes qui vivent aussi la perte de sens liée à la gestion par résultats et aux incidences que cela provoque sur leur santé[1].

C’est le temps du ras-le-bol collectif, c’est le temps de passer de la parole aux actes, avec un gros NON comme acte de départ, qu’il soit crié, évoqué doucement ou écrit.

Nous avons le pouvoir. Et nous avons le choix.

Prenons-les.

Amélie-Elsa Ferland-Raymond

[1] En passant, vos conditions de travail sont assez mauvaises, je vous invite à des actions d’éclat pour en obtenir de meilleures!

 

Bonnes vacances!

L’année scolaire 2021-2022 nous a offert la joie de retrouver nos collègues et nos étudiant·e·s, de réinvestir nos salles de classe, de renouer les liens humains qui tissent le fondement même de notre enseignement. Elle nous laisse aussi le sentiment d’une grande fatigue devant tous les accommodements et les exercices de souplesse auxquels nous avons dû consentir. Assurément, nous sommes heureuses et heureux de voir cette année prendre fin.

Le printemps tardif explose, luxuriant, les pelouses sont fraîchement tondues après avoir rayonné tout un mois de leur beau jaune pissenlit, les lilas embaument encore le fond de l’air, le fleuve se prélasse dans son lit et nous vous invitons vous aussi à vous gorger de soleil et à vous imprégner de paysages.

Nous vous souhaitons un été haut en couleur, pleinement vivifiant. Profitez de chaque moment.

Bonnes vacances!