Archives de catégorie : Négociations

FEC_sondage 1ere phase de consultation

Sondage : première phase de consultation des membres de la FEC

Vous avez reçu le jeudi 24 mars un courriel de la FEC dans lequel vous était acheminé le lien vers un sondage. Ce sondage constitue une première phase de consultation des membres en vue des négociations de la prochaine convention collective. Il orientera le travail du comité de négociation.

Voici le lien vers le sondage : Première phase de consultation : négociation 2023

Vous avez jusqu’au 6 avril pour remplir le sondage. Une participation active fera entendre clairement les préoccupations et les intérêts des membres du Cégep de Sainte-Foy. Ce sondage revêt une importance particulière pour nous, les membres de l’exécutif : il permettra à notre fédération d’établir le portrait des luttes qui seront les nôtres. Nous voulons défendre les priorités qui vous tiennent à cœur. Exprimez-les clairement.

Nous comptons sur votre participation nombreuse. Nous avons besoin de vous!

Bilan négos 2020

Le SPPCSF fait le bilan de la négociation 2020

Puisque les travaux préparatoires à la prochaine négociation sont déjà lancés, votre Syndicat, tout comme la FEC-CSQ, a à cœur de dresser un bilan de la dernière négociation. Voici donc brièvement les résultats de la consultation menée auprès des professeures et professeurs du Cégep de Ste-Foy en octobre 2021.

La conjoncture de la négociation

Une forte majorité des membres sont d’avis que la crise sanitaire a eu un effet défavorable sur le déroulement de la négociation en rendant la mobilisation très difficile puisque les profs devaient consacrer leur énergie au changement de mode d’enseignement. Le télétravail a aussi créé un certain isolement, ce qui a pu éloigner les gens des préoccupations collectives.

L’absence d’alliance fédérative avec la FNEEQ-CSN n’a pas été perçue favorablement par les membres, notamment en raison de la valeur symbolique d’une telle union qui transmet un message d’unité et de solidarité au reste de la population.

La stratégie de négociation

L’approche par grands objectifs qui a été choisie pour la négociation a facilité, selon une grande majorité des répondant·e·s, la communication sur l’état d’avancement des négociations. Le regroupement des demandes par grands objectifs a sans doute permis d’établir un consensus sur les questions qui préoccupent les collèges et les profs, peu importe la situation géographique ou la réalité spécifique aux collèges. Dans l’ensemble, cette stratégie a été jugée efficace.

La consultation et les outils d’information et de communication

La consultation en deux temps des membres pour préparer le cahier de demandes sectorielles semble avoir été utile. En effet, ce temps de réflexion a permis, selon certain·e·s, de prendre du recul par rapport aux priorités. Chacun·e a pu développer une meilleure vue d’ensemble des demandes provenant de membres qui ne partagent pas les mêmes préoccupations au quotidien.

Plusieurs outils de communication ont été déployés par la FEC ou localement par le SPPCSF durant cette négociation, ce qui a favorisé la circulation de l’information. Selon les membres, les outils qui ont été les plus pertinents sont les infolettres – spécial négo, l’hebdo du SPPCSF et les rapports de table produits par le comité de négociation.

La mobilisation

Ce sont les t-shirts qui sont en tête du palmarès du matériel de mobilisation le plus apprécié par les membres (rappelons que le t-shirt arborant l’imagerie de la CSQ avait été choisi en raison de son coût plus abordable). Viennent ensuite les banderoles, les couvre-visages et les macarons. Les fonds d’écran Zoom, bien que perçus comme de bons outils de mobilisation, ont été utilisés timidement par les membres, notamment lors des rencontres avec des membres de la direction.

Les stratégies d’actions déployées au fil de la négociation ont été diversifiées et adaptées au contexte de la pandémie. Les membres sont d’avis que les actions proposées par la fédération ou localement par le SPPCSF au fil de la négociation étaient mobilisatrices. En particulier, la remise du kit du ou de la militant·e par la poste ou par livraison à domicile a été fortement appréciée par les membres.

L’action qui a été la plus mobilisatrice pour les membres du SPPCSF est la grève du 30 mars où il y a eu piquetage au cégep. La grève du 13 mai, au cours de laquelle nous avons plutôt rejoint les cégeps Garneau et St-Lawrence, quoique jugée un peu moins mobilisatrice, demeure perçue très positivement. En ce qui a trait à cette dernière activité, le choix de la date, en fin de session, a semblé peu stratégique aux membres. Les profs sont d’avis que l’exercice du droit de grève constitue une stratégie nécessaire à l’avancement de la négociation.

Les résultats de la négociation

Dans le cadre des dernières négociations, les principaux gains nommés par les membres sont ceux touchant à l’amélioration des conditions de travail à la formation continue, à la réduction de la précarité des nouvelles et nouveaux professeur·e·s, aux coordinations de programmes et de stages, à la mince avancée sur la liberté académique et aux ressources EESH (qui à Ste-Foy se traduisent par les libérations du volet inclusion), maintenant dûment rattachées à la convention collective.

Parmi les demandes que nous avons dû abandonner ou les reculs les plus « crève-cœur » se trouve en première place la lourdeur de la tâche des professeur·e·s. Certain·e·s se sont exprimé·e·s sur la révision nécessaire du calcul de la CI. L’aspect dérisoire des augmentations salariales, qui ne couvrent pas l’augmentation du coût de la vie, a été souligné.

Les matières intersectorielles

Les centrales syndicales n’ont pas agi en front commun lors de cette négociation. Si certain·e·s ne savent pas quel effet cela a eu sur le déroulement des négociations, plusieurs pensent que cet effet a été négatif.

Il semble que les salaires (sous l’inflation) ne permettent pas d’apprécier pleinement la négociation intersectorielle, d’autant plus que plusieurs considèrent qu’au collégial, il n’a pas été possible de profiter de l’effet remorque de la révision des échelles salariales obtenues par le réseau scolaire (primaire et secondaire).

Contrairement à la négociation de 2015, la CSQ et les fédérations ont misé sur la priorisation des demandes sectorielles plutôt qu’intersectorielles, décision qu’une majorité de professeur·e·s de Ste-Foy trouvent pertinente.

Conclusion

La négociation de 2015 a été plus favorable aux professeur·e·s plus ancien·ne·s tandis que celle-ci l’a été pour les plus jeunes. Nos membres semblent unanimes : une augmentation salariale égale à l’inflation est un minimum à atteindre. Pour nombre de professeur·e·s, il ressort de cette négociation l’impression désagréable de s’en sortir sans trop de dommages.

Nota bene : Une version plus exhaustive du bilan, incluant les chiffres de la consultation, est disponible au syndicat.

Grève des professionnels_22 août

Grève du personnel professionnel du 22 août

Grève du 22 aoûtLes membres du bureau syndical tiennent à vous remercier : vous avez été nombreux à venir montrer votre solidarité et votre soutien aux membres du personnel professionnel, en grève le 22 août en avant-midi. Souhaitons-leur maintenant une entente de principe dans les meilleurs délais!

Suites de la négo

Suites de la négo : montant forfaitaire, rétroactivité salariale, retraite, etc.

logo-nego2015 (1)Vous trouverez ici l’édition du 11 mai 2016 du Bulletin Négo 2015 de la CSQ. Ce document présente de l’information à jour (ou presque !, voir les explications au paragraphe suivant) sur le salaire, sur la retraite et sur les droits parentaux. On y précise notamment que le montant forfaitaire pour l’année 2015-2016 sera de 547,89$ pour celles et ceux qui ont travaillé à temps complet cette année (1 ETC).

Il est important de souligner que la partie du bulletin qui concerne le RREGOP n’est déjà plus à jour… et ce, parce que le projet de loi concernant le RREGOP a été déposé à l’Assemblée nationale le mercredi 11 mai dernier (projet de loi no 97). Les choses se précisent donc en ce qui concerne les mesures transitoires (voir à ce sujet le document déjà publié dans l’Hebdo syndical du 2 mai) : « il est maintenant établi que les nouvelles mesures prévues en 2019 et en 2020 (nouveaux critères de retraite et réduction actuarielle de 6 % par année) ne s’appliqueront pas aux personnes dont le contrat de retraite progressive a pris effet avant le 11 mai 2016. Rappelons qu’on entend par « prise d’effet » que la période visée par l’entente de retraite progressive commence avant le 11 mai 2016. Par exemple, un contrat couvrant la période du 1er mai 2016 au 30 avril 2021.

Ces mesures ne s’appliqueront pas non plus aux personnes dont le contrat de retraite progressive aura pris effet dans les 120 jours (le 120 jours remplace le 100 jours prévu) suivants le 11 mai 2016, soit jusqu’au 7 septembre 2016, dans la mesure où leur entente prévoit une réduction d’au moins 20 % du temps de travail. Par exemple, un contrat couvrant la période du 1er juillet 2016 au 30 juin 2021. » (extrait d’un courriel de M. Sébastien Lavergne, conseiller à la CSQ)

Quant au montant forfaitaire et à la rétroactivité salariale au 1er avril 2016, vous trouverez ici des informations concernant l’effet du versement de ces montants sur l’assurance-emploi et ici l’effet sur le RQAP.

Bonne lecture!

Si la retraite approche

À lire si le moment de la retraite approche!

RetraitePour donner suite à son Bulletin Info Négo du 15 avril dernier (information relayée dans notre Hebdo du 18 avril), la CSQ a préparé un document plus détaillé pour aider les professeures et professeurs qui prendront bientôt leur retraite à y voir plus clair en ce qui concerne les changements prévus au RREGOP. Vous pouvez lire ce document en cliquant sur le lien suivant : RREGOP – mesures transitoires. N’hésitez pas à nous contacter si des questions subsistent après la lecture de ce document.

Retour sur le CGN-CSQ

Retour sur le dernier conseil général de négociation de la CSQ

Le mardi 23 février dernier avait lieu à Montréal la 11e réunion du Conseil général des négociations de la CSQ. Lors de cette rencontre, nous avons notamment obtenu les résultats de la consultation sur l’entente intersectorielle. Pour la FEC, 92,31 % des syndicats ont voté pour l’entente (12 sur 13) ainsi que 79,60 % des membres. Pour l’ensemble de la CSQ, les résultats sont à peu de choses près les mêmes. C’est donc sans surprise que les délégués syndicaux présents – dont un membre du SPCSF – ont adopté à majorité l’entente de principe intersectorielle négociée par le Front commun. Pour plus d’informations sur l’état des lieux de la négociation intersectorielle, veuillez consulter la dernière édition du Bulletin Négo 2015 de la CSQ.

Entente de principe du Front commun en péril

L’entente de principe du Front commun en péril ?

greve_imageVoici ce que titrait La Presse + dans son édition du 16 février 2016, alléguant qu’une mésentente avait vu le jour dans le processus d’écriture des textes finaux de l’entente de principe entre le Front commun et les négociateurs patronaux. Cette mésentente porte sur la « clause-remorque » qui permet à certains groupes ne faisant pas partie du Front commun d’obtenir les mêmes augmentations salariales que celles consenties aux membres du Front commun. Le gouvernement chercherait à ne pas octroyer tous les gains obtenus au chapitre de la rémunération par le Front commun à ces salarié.e.s.

Affirmons d’emblée qu’il serait extrêmement étonnant que l’actuel différend autour de la rédaction des textes finaux de l’entente de principe mette en péril les acquis de la négociation pour les membres du Front commun, dont nous sommes. La mésentente ne concerne en effet que celles et ceux qui sont visés par la « clause-remorque ».

Compte tenu que nous discuterons de cette question en Conseil général de négociation de la CSQ le 23 février prochain, nous serons donc en mesure de faire le point sur cette question lors de l’assemblée générale du 24 février.

En attendant, vous pouvez prendre connaissance des textes publiés par La Presse + en cliquant sur les liens suivants :

Tommy CHOINARD, «Négos dans le secteur public. Un différend majeur sur les textes finaux», La Presse +
http://plus.lapresse.ca/screens/790b3917-7c0d-4ad9-824c-d84c83254655%7C92.UlxDxO0EV.html

Tommy CHOINARD, «Négos dans le secteur public. Des exemples concrets», La Presse +
http://plus.lapresse.ca/screens/790b3917-7c0d-4ad9-824c-d84c83254655%7C92.UT80cqiuu.html

Tommy CHOINARD, «Négos dans le secteur public. Coup dur pour les universités», La Presse + http://plus.lapresse.ca/screens/790b3917-7c0d-4ad9-824c-d84c83254655%7C92.UtvznDVIe.html

 

Entente de principe sectorielle

Entente de principe sectorielle entre l’Alliance des professeures et professeurs de cégep (ASPPC) et le Comité patronal de négociation des collèges (CPNC)

Comme vous le savez sans doute, une entente de principe sectorielle a été signée entre l’Alliance des syndicats de professeures et professeurs de cégep (ASPPC) et le Comité patronal de négociation des collèges (CPNC) dans la nuit de dimanche dernier. Cette entente sera présentée aux délégué-e-s syndicaux ce jeudi 10 décembre à Montréal. Deux représentantes du Syndicat des professeurs du Cégep de Sainte-Foy seront du nombre.

Rangement 23 : nouvelles informations

Par ailleurs, des informations concernant une entente sur le rangement 23 pour les profs de cégep ont été diffusées dans la presse quotidienne ce matin. Pour en prendre connaissance, vous pourrez lire les deux articles suivants :

Il va s’en dire que nous pourrons échanger sur la teneur des informations contenues dans ces articles lors de l’assemblée générale qui se tiendra mercredi 9 décembre à l’issue de la manifestation sur la colline parlementaire, mais que nous n’aurons l’heure juste qu’une fois que les détails nous auront été présentés en instance de l’ASPPC.

La suite… Coût et bénéfices de la grève

Coût et bénéfices de la grève … la suite

vector image of a scale with a person and money on other sidePour donner suite à notre article de septembre dernier sur les coûts et bénéfices de la grève, examinons les effets des 3 jours de grève que nous avons exercés et la plus récente offre salariale du ministre Coiteux (0%, 1%, 1%, 1%, 0%).

Reprenons donc notre exemple du professeur à l’échelon 17 qui gagne 76 486 $ par année. Chaque journée de grève lui a fait perdre 1/260 de son salaire annuel et par conséquent
882,53 $ pour les 3 jours de grève.

Sur les 5 années de la convention collective les revenus totaux ce professeur selon la proposition originale du conseil du Trésor seraient de 387 049,83 $ alors que selon la nouvelle offre (0%, 1%, 1%, 1%, 0%) ils seront de 389 367,43 $. Le gain salarial brut sur 5 ans sera donc de 2 317,60 $. Si l’on retranche la perte salariale occasionnée par les 3 jours de grève, le gain net sur la durée de la convention sera donc de 1 435 $ (2 317,60 $ – 882,53 $). Ce gain ne tient pas compte de la prestation de grève de 100 $ par jour.

Restons mobilisés !

Grève du 9 décembre_Front commun

Grève du Front commun le 9 décembre prochain

greve_imageÀ moins d’un revirement majeur, l’ensemble des travailleuses et travailleurs du secteur public sera en grève le 9 décembre prochain. Le Cégep de Sainte-Foy sera du nombre. Nous vous donnerons dès que possible par courriel de plus amples informations sur le déroulement de cette journée de grève.

Afin de bien comprendre pourquoi le Front commun a choisi de faire une nouvelle journée de grève à ce moment-ci de la négociation, nous vous invitons à lire les documents suivants :

Communiqué de presse du Front commun du 26 novembre 2015…

CSQ, Bulletin Négo 2015, Volume 3, no 20, 26 novembre 2015 : http://www.nego2015.org