Rappel : convocation à une assemblée générale

Nous sommes très heureuses et heureux de vous convier à la septième assemblée générale de l’année 2021-2022 du Syndicat des professeures et professeurs du Cégep de Sainte-Foy (SPPCSF)

Mercredi 13 avril 2022 à 12 h 10
Au local A-227

Lors de cette assemblée syndicale, il vous sera communiqué des informations touchant les sujets des négociations locales, du règlement de la grève de 2005 et de la liberté académique.

Par ailleurs, alors que la FEC vient tout juste de réaliser son sondage consultatif en vue des négociations de la prochaine convention collective, les membres de l’exécutif de votre syndicat désirent vous entendre davantage sur les priorités qui sont les vôtres. Ces discussions sont importantes pour nous : elles orientent nos interventions au sein de notre fédération.

Nous espérons vous voir en grand nombre!

Les membres du bureau syndical (SPPCSF)

 

En route vers la répartition des ressources enseignantes 2022-2023

Au cégep de Sainte-Foy, le mois d’avril est toujours l’occasion d’une démarche annuelle très importante : la répartition des ressources enseignantes pour l’année prochaine. Les différentes coordinations et le bureau syndical prennent directement part à ce travail. Voici un graphique qui en montre les différentes étapes (clin d’œil ici à nos collègues de physique qui apprécient toujours très particulièrement les graphiques avec de nombreuses flèches 😉).

Le 24 mars, la Direction nous a présenté les priorités du Collège. Il n’y aura pas de grands changements en ce qui a trait aux libérations ou aux normes départementales dans la prochaine répartition. Le point notable de cette rencontre a été la discussion autour du bilan provisoire de la masse salariale. Cette année, nous serons en déficit à la suite d’une surembauche. Le bilan total est estimé en ce moment à -10 ETC. Pour plus d’information sur ce bilan négatif, n’hésitez pas à consulter l’article toujours d’actualité de l’hebdo qui a été rédigé en décembre à ce sujet. Le cheminement scolaire se propose l’an prochain d’être très conservateur dans l’ouverture des groupes et stages. De plus, la diminution du nombre d’étudiant·e·s dans les groupes de stages de soins infirmiers (3 ou 4 personnes au lieu de 6) continue de plomber la masse salariale.

Les coordinations ont reçu le dépôt des groupes le 7 avril. Nous invitons chacun des départements à bien vérifier les différentes informations et à poser les questions nécessaires au cheminement scolaire.

La période cruciale pour la répartition des ressources sera du 20 avril au 26 avril. Durant cette période ponctuée de trois rencontres collèges-syndicat (RCS), les représentant·e·s du collège et du syndicat vont chercher à obtenir une entente sur le projet de répartition. Comme dans les dernières années, nous pourrons montrer le projet de répartition en primeur aux coordinations et recueillir les demandes d’ajouts ou de modifications. Nous centraliserons l’ensemble de ces demandes départementales et nous les présenterons à la Direction lors d’une rencontre prévue le 22 avril.

Selon nos ententes locales, le Syndicat dispose seulement de 5 jours pour effectuer ce travail en vue d’arriver à une entente. Dans ce court laps de temps, nous devrions idéalement consulter l’ensemble des 35 départements du cégep. Selon l’expérience des dernières années, il est très difficile d’arriver à faire tout ce travail en 5 jours. Ainsi, dans le cadre de la négociation de nos ententes locales, nous avons demandé que cette période passe de 5 jours à 10 jours, sans grand succès pour l’instant. Fait à noter, le laps de temps suggéré par la convention collective est de 3 semaines…

La dernière étape du projet de répartition sera sa présentation finale le 28 avril aux différentes coordinations du cégep par le cheminement scolaire. Ensuite, en mai, les départements pourront effectuer les démarches pour la répartition départementale de ces ressources.

Si vous avez des questions au sujet de la répartition des ressources, n’hésitez pas à consulter Jonathan Pellicelli au bureau syndical.

 

Les effets des grèves étudiantes du 22 et du 25 mars dernier

Vous avez été nombreux et nombreuses (138 répondant·e·s) à répondre au sondage envoyé au début de la dernière semaine de mars pour nous faire part des conséquences que les grèves ont eues sur votre travail, mais aussi pour vous prononcer sur l’orientation que la Direction a décidé de prendre. Bien que nous ayons appuyé l’Association étudiante dans ses luttes démocratiques, nous voulions avoir le pouls le plus représentatif possible des profs pour notre rencontre prévue avec la Direction le vendredi 1er avril.

Sans surprise, le sondage nous a permis de constater que pour la journée du 22 mars, les professeur·e·s ont passablement revu leur planification.

Notons que les données sont semblables pour la journée du 25 mars et que plusieurs ont affirmé que ces réorganisations ont engendré une surcharge de travail.

Nous vous avons questionné sur les communications. Les messages provenant de la Direction ont été jugés trop tardifs (91%) et pas suffisamment clairs (72%). Les communications du Syndicat sont arrivées à un moment opportun pour 69% des répondant·e·s et ont été perçues comme claires (74%). Enfin, 79% des membres ayant répondu au sondage étaient d’accord avec la décision du Syndicat d’appuyer l’Association étudiante dans sa demande de lever les cours.

L’exécutif prend bonne note du fait que les communications et échanges sur la page Facebook « SPPCSF en privé » n’étaient pas vus par tout le monde. Toutefois, ce média permet souvent de répondre rapidement aux questions des membres (même la fin de semaine 😉), réponses qui peuvent de plus être clarifiées et utiles à l’ensemble de la communauté contrairement à des courriels. Le groupe étant privé, les échanges y sont aussi plus ouverts et fluides. Toutefois, si une telle situation devait se représenter, l’exécutif propose de continuer de communiquer les informations importantes par courriel et d’informer par courriel les gens que le Syndicat utilisera la page Facebook pour la majorité des nouvelles « fraîches » et pour répondre aux questions qui seront posées directement sur la page.

Finalement, 73% des répondant·e·s au sondage sont en désaccord avec la décision du Collège d’avoir maintenu les cours tout en donnant la latitude de réaménager le mode d’enseignement. Les commentaires à ce sujet ont été très nombreux. Même si plusieurs ont trouvé l’intention de souplesse louable et ont reconnu que cette autonomie leur permettait d’être en cohérence avec leurs valeurs, une majorité de professeur·e·s ont senti qu’on leur faisait porter l’odieux de la décision. Selon leur interprétation des consignes reçues, certain·e·s ont vécu le maintien des cours comme un dilemme de loyauté envers la Direction et leurs étudiant·e·s. « Au bout du compte, ce sont les profs qui ont été les pas fins de l’histoire. Certains aux yeux des étudiant·e·s, d’autres aux yeux de la Direction. » Il s’agit pour plusieurs d’une non-reconnaissance du vote de grève des étudiant·e·s alors que l’on cherche à former des citoyen·ne·s engagé·e·s.

Pour la plupart des gens, la Direction aurait dû trancher et ne laisser aucun flou. Une levée de cours aurait permis d’éviter cette situation qui a été anxiogène pour plusieurs. Ce sont là les constats que nous avons portés à l'attention de la Direction lors de notre rencontre de la semaine dernière.

Finalement, bien que ce travail demeure souvent invisible, sachez que l’exécutif syndical a été très engagé et a tenté à plusieurs reprises de faire avancer les démarches et d’accélérer les prises de décision, que ce soit par des communications avec la Direction, par des visites sur les lignes de piquetage ou par le travail de collaboration que nous avons effectué avec l’Association étudiante dans les semaines précédentes. Notre appui à l’Association étudiante a d’ailleurs été souligné dans une lettre du président de la FECQ étudiante envoyée à la FEC-CSQ, à Bernard Tremblay (de la Fédération des cégeps) et au ministère de l’Enseignement supérieur.

 

Invitation au XXIIIe congrès de la FEC-CSQ

Les 1er, 2 et 3 juin se tiendra, à Rimouski, le congrès de notre fédération syndicale (FEC-CSQ). L’exécutif syndical du syndicat des professeures et professeurs du cégep de Sainte-Foy invite ses membres à faire partie de la délégation!

 

Où : Rimouski (Hôtel de Rimouski)
Quand : du mercredi 1er juin au vendredi 3 juin 2022
Thème : Enseigner au collégial en 2022 : l’autre portrait de la profession

Le thème du congrès ouvre la réflexion sur les profondes transformations que nous vivons. Les crises sanitaire et écologique, mais aussi l’omniprésence du numérique et les tensions qui marquent profondément la société ne sont pas sans répercussions sur nos pratiques. Le congrès sera l’occasion de réfléchir collectivement à ces transformations.

Par ailleurs, le congrès joue un rôle essentiel dans l’exercice de notre démocratie, puisque nous y procéderons à l’élection des personnes qui formeront l’exécutif syndical de la FEC. À l’aube du début des négociations de la prochaine convention collective, cet exercice est hautement significatif : nous avons besoin d’une action syndicale forte et solidaire!

Les statuts de la fédération prévoient une délégation du cégep de Sainte-Foy formée de 14 professeur·e·s ayant chacun·e un droit de vote. N’hésitez pas à poser votre candidature si l’expérience vous intéresse! Les frais de déplacement et de séjour sont pris en charge par le syndicat. Pour toute question, communiquez avec les membres de l’exécutif syndical!

Inscrivez-vous rapidement auprès d’Annie Lelièvre, au poste 3852 ou par courriel au sprofesseurs@csfoy.ca. Selon le nombre d’inscriptions que nous aurons reçues, nous pourrons vous dire les places restantes disponibles.

Cliquez ici afin de consulter l’horaire détaillé du congrès ou visitez l’adresse suivante : congresfec.lacsq.org

 

Un printemps dans le désert, le rêve de Steeve Baker

C’est animé d’un sentiment d’urgence que notre collègue Steeve Baker, professeur de biologie et photographe de talent, souhaite aujourd’hui parcourir des endroits exceptionnels offrant un aperçu unique de la biodiversité. Tout au haut de sa liste figure le désert de l’Arizona. L’œil du photographe y cristallisera, dans la lumière chaude du désert, l’expression souvent fugace de la beauté de notre monde.

Si ce sentiment d’urgence l’habite, c’est que Steeve vit depuis un an avec la sclérose latérale amyotrophique (SLA), une maladie dégénérative pour laquelle il n’existe aucun traitement. C’est maintenant qu’il doit saisir l’occasion de réaliser les rêves qu’il caresse depuis de longues années, la SLA étant une maladie qui évolue rapidement.

Une campagne de dons a été mise sur pied par le biais de la plateforme GoFundMe afin de financer le voyage de Steeve et de lui permettre de vivre des rencontres fabuleuses avec la faune, dont il rapportera sans aucun doute des images éblouissantes. Si vous voulez en apprendre plus sur son projet ou contribuer à le financer, vous pouvez cliquer ici.

 

Revue de presse

Dans La Presse, Léa Carrier explique que les enfants issus du « mini baby-boom » ayant atteint son sommet en 2012 feront leur entrée au collégial dans les prochaines années. Le réseau collégial ne semble pas avoir, à ce jour, l’espace nécessaire pour les accueillir.

Geneviève Lajoie rapporte dans Le Journal de Québec la décision des ministres Blais et McCann de ne pas renouveler leur mandat.

Un article de Marie-Ève Morasse dans La Presse fait état du problème d’anxiété vécu par de nombreux et nombreuses élèves.

La Presse et Le Journal de Québec reviennent sur le projet de loi du gouvernement Legault portant sur la liberté académique. Le projet s’applique au milieu universitaire.

Dans Le Devoir, Marco Fortier explique que le débat sur l’application de la loi 101 aux cégeps divise la FNEEQ et qu’un vote sur le sujet devrait avoir lieu prochainement. À Montréal, ce sont 40% des cégépien·ne·s qui étudient en anglais.