L’entente de principe du Front commun en péril ?

greve_imageVoici ce que titrait La Presse + dans son édition du 16 février 2016, alléguant qu’une mésentente avait vu le jour dans le processus d’écriture des textes finaux de l’entente de principe entre le Front commun et les négociateurs patronaux. Cette mésentente porte sur la « clause-remorque » qui permet à certains groupes ne faisant pas partie du Front commun d’obtenir les mêmes augmentations salariales que celles consenties aux membres du Front commun. Le gouvernement chercherait à ne pas octroyer tous les gains obtenus au chapitre de la rémunération par le Front commun à ces salarié.e.s.

Affirmons d’emblée qu’il serait extrêmement étonnant que l’actuel différend autour de la rédaction des textes finaux de l’entente de principe mette en péril les acquis de la négociation pour les membres du Front commun, dont nous sommes. La mésentente ne concerne en effet que celles et ceux qui sont visés par la « clause-remorque ».

Compte tenu que nous discuterons de cette question en Conseil général de négociation de la CSQ le 23 février prochain, nous serons donc en mesure de faire le point sur cette question lors de l’assemblée générale du 24 février.

En attendant, vous pouvez prendre connaissance des textes publiés par La Presse + en cliquant sur les liens suivants :

Tommy CHOINARD, «Négos dans le secteur public. Un différend majeur sur les textes finaux», La Presse +
http://plus.lapresse.ca/screens/790b3917-7c0d-4ad9-824c-d84c83254655%7C92.UlxDxO0EV.html

Tommy CHOINARD, «Négos dans le secteur public. Des exemples concrets», La Presse +
http://plus.lapresse.ca/screens/790b3917-7c0d-4ad9-824c-d84c83254655%7C92.UT80cqiuu.html

Tommy CHOINARD, «Négos dans le secteur public. Coup dur pour les universités», La Presse + http://plus.lapresse.ca/screens/790b3917-7c0d-4ad9-824c-d84c83254655%7C92.UtvznDVIe.html