Discutons liberté académique, enfin!

Vous serez sans doute d’accord avec moi que la session a démarré sur les chapeaux de roues! Nous sommes plusieurs à nous demander si nous sommes bel et bien à la semaine 6 ou à la semaine 13.

C’est dans ce contexte que les travaux sur la liberté académique se sont amorcés, travaux que nous réclamions depuis plusieurs années déjà. En effet, les professeur·e·s avaient discuté de leurs préoccupations lors d’une journée de réflexion syndicale à la fin de l’année 2018. Le plaidoyer pour la liberté d’enseignement, publié l’année suivante, se voulait à la fois un résumé et une demande à la direction d’entamer une réelle discussion collective sur le sujet. Pour toutes sortes de raisons (dont la pandémie), cette discussion a été repoussée. (Ce n’est d’ailleurs peut-être pas une mauvaise chose au final. Le débat social et l’actualité nous ont amené·e·s à commencer nos travaux avec un point de départ qui aurait été différent il y a cinq ans.)

L’an dernier, notre directrice des études a mandaté la commission des études de mettre sur pied un groupe de travail sur la liberté académique. Bien que le syndicat se soit senti mis de côté à quelques moments durant le processus de création du comité, cette étape est derrière nous et le comité se met en marche. Aux côtés de la direction, d’étudiante·s, d’autres membres du personnel et bien sûr de professeur·e·s, le syndicat a finalement sa place sur le comité, à titre de gardien de la convention collective des enseignant·e·s, et plus particulièrement de la « nouvelle » annexe sur la liberté académique (annexe VIII-10).

Au syndicat des professeur·e·s, nous voyons de bon augure les discussions qui ont cours depuis quelques semaines. C’est avec un grand intérêt que nous prenons part à une démarche plus profonde, plus collective que ce qui a pu se faire dans d’autres cégeps (à notre connaissance du moins). Puisque bien que certains collèges se sont prononcés en faveur de la liberté académique ou ont même conclu des ententes avec leur syndicat, ce que nous désirions, au SPPCSF, c’était une appropriation collective des enjeux liés à la liberté académique.

Lors de la journée périscolaire du 11 octobre, tou·te·s les employé·e·s du collège seront consulté·e·s pour alimenter le groupe de travail qui doit élaborer un énoncé de principes sur la liberté académique. Nous pouvons nous permettre d’espérer que cet énoncé mène à des recommandations et des actions concrètes, qui protègent les professeur·e·s non seulement dans le contexte de la classe, mais également dans leurs travaux de recherche et dans l’exercice de leur liberté d’expression.

Nous vous invitons donc à participer activement à la demi-journée du 11 octobre, et ce, malgré les horaires chargés, durant la semaine de lecture de surcroît. Le sujet mérite qu’on s’y consacre. Par votre participation, nous espérons parvenir à un énoncé de principes suffisamment fort pour que les professeur·e·s soient protégé·e·s de tout dérapage dans des situations mettant en cause la liberté académique. C’est l’occasion de réaffirmer que la qualité de l’enseignement dépend de la protection que l’on assure aux professeur·e·s qu’ils et elles peuvent remplir en toute quiétude la mission de l’enseignement supérieur : développer l’esprit critique de nos étudiant·e·s.