Projet de loi 70 : quelles incidences possibles sur l’enseignement collégial ?

projet_loi_noir_1Le 10 novembre dernier, pendant que nous étions fort occupés à défendre nos conditions de travail et que nous cherchions à obtenir une convention collective satisfaisante, le gouvernement du Québec déposait à l’Assemblée nationale un vaste projet de loi omnibus, le projet de loi 70 (PL70), intitulé Loi visant à permettre une meilleure adéquation entre la formation et l’emploi ainsi qu’à favoriser l’intégration en emploi.

L’une des premières raisons pour lesquelles le PL70 peut inquiéter c’est qu’il touche deux pans très larges des politiques publiques québécoises, d’une part la complexe question de l’intégration en emploi et, d’autre part, la délicate question de l’adéquation formation-emploi. Si comme citoyens et citoyennes, les deux enjeux peuvent nous interpeller, le second nous préoccupe directement à titre de professeures et professeurs du réseau collégial. Cela, notamment, parce qu’il pourrait avoir des incidences importantes sur la formation technique, au premier chef, mais aussi sur la formation générale, si le modèle des AEC devait se multiplier en nos murs pour mieux répondre aux besoins pressants des entreprises. Comme le soulignent d’ailleurs les grandes centrales dans leur mémoire soumis à l’Assemblée nationale, « si le projet de loi est adopté dans sa forme actuelle, les politiques publiques d’emploi placeront désormais la défense des intérêts et des besoins des entreprises au cœur même des politiques au détriment des besoins des personnes » (extrait du Mémoire conjoint CSQ, CSN, CSD, FTQ).

Or, le PL70 n’est pas ici seul en jeu. Déjà, en mars 2015, le Plan économique du ministre Leitao orientait le financement futur en ce sens. Le budget 2015-2016 prévoyait consacrer
166,1 M $ sur cinq ans dans un objectif d’assurer une meilleure adéquation entre la formation et les besoins des entreprises. De cette somme, « 50 M $ sur 5 ans serviront essentiellement à appuyer les différents établissements d’enseignement (…) afin qu’ils puissent offrir des programmes de formation mieux adaptés aux réalités du marché du travail, notamment par des programmes de courte durée telles les attestations d’études professionnelles (AEP) et les attestations d’études collégiales (AEC) privilégiant les stages »  (extrait d’une présentation d’Isabelle-Line Hurtubise, CSQ). La volonté de privilégier les stages est tout à fait liée à l’appréciation qu’avait l’ex-ministre de l’enseignement supérieur, François Blais, du fameuse modèle dual allemand.

Signalons qu’à ce jour, le PL70 a déjà passé l’étape de la 1ère lecture à l’Assemblée nationale. Il est actuellement à l’étude par la Commission de l’économie et du travail de l’Assemblée nationale.

Suggestions de  lectures pertinentes sur les incidences possibles du PL70…

Pour prendre connaissance du PL70, de l’état des travaux parlementaire ou encore, pour faire parvenir aux parlementaires un commentaire sur celui-ci : http://www.assnat.qc.ca/fr/travaux-parlementaires/projets-loi/projet-loi-70-41-1.html

Pour lire un article critique qui résume bien les principales craintes entourant le PL-70, nous vous référons au texte produit par Mme Isabelle Pontbriand, vice-présidente du Syndicat des enseignantes et enseignants du Collège Lionel-Groulx (SEECLG). Nous la remercions d’ailleurs d’avoir accepté que nous publiions ici son texte. Cliquez ici : PL70 et enseignement collégial_Lionel-Groulx

Pour lire la réflexion et les pistes d’action suggérées par la Nouvelle alliance pour la philosophie au collège (NAPAC), cliquez ici : NAPAC_6bulletin_PL70

Pour lire les présentations Powerpoint produites par la CSQ sur :

Pour lire les mémoires sur le PL70 :