Des nouvelles des femmes à travers le monde 

Cette semaine, votre Comité d’actions féministes (CAF) vous présente un survol de nouvelles marquantes des derniers mois concernant les femmes à travers le monde. 

Cet automne, le prix Nobel de la paix 2023 a couronné vendredi la militante iranienne Narges Mohammadi, actuellement emprisonnée en Iran, où des femmes, tête nue, se battent pour leurs droits malgré la violente répression. Non loin de là, en Afghanistan, la situation des femmes continue de se détériorer et des personnes québécoises militent pour une aide accrue à celles-ci. 

Au Québec, plusieurs femmes sont des figures inspirantes et des modèles de détermination. Le journaliste Mario Girard en a rencontré quatre, soit la Dre Mylène Drouin, Pauline Marois, François David et Louise Arbour. Notons par ailleurs qu’une féministe reconnue, Yolande Geadah, est décédée le 24 août dernier. 

Nous apprenions également que le 24 octobre, les Islandaises ont fait la grève le temps d’une journée, manifestant pour mettre fin aux inégalités salariales et à la violence basée sur le genre. Résultat : les écoles sont demeurées fermées, les transports publics ont été retardés, les hôpitaux se sont retrouvés en sous-effectifs et les chambres d’hôtel n’ont pas été nettoyées. La première ministre du pays elle-même a participé à cette grève.  

Pendant ce temps, au Québec, certaines personnes se questionnent sur le potentiel de révolte des femmes, notamment dans un contexte de négociations collectives qui piétine et où elles sont les principales touchées. 

Finalement, un sondage nous révélait tout récemment que 20 % des jeunes Québécoises et Québécois de 18-34 ans perçoivent le féminisme comme « une stratégie pour permettre aux femmes de contrôler la société ». On en conclut que beaucoup d’éducation reste à faire.